Cévennes en lutte


Accueil du site > La Borie > Communiqués de soutien à la Yourte de La Borie

Communiqués de soutien à la Yourte de La Borie

Daté du mardi 28 avril 2009


St Jean du Gard – La borie, dont acte !

On pouvait s’interroger sur les motivations de M. Antherieu, maire de St Jean du Gard et une partie de son équipe municipale à démonter une yourte collective, qui permettait depuis huit mois le déroulement d’animations diverses (ciné-club, débats, etc.) sur l’écosite de la Borie. Aujourd’hui, la réponse est plus claire.

Le dernier communiqué du conseil municipal, placardé ce 25 avril sur le front de la mairie, permet d’apprendre que « l’expulsion des résidents de la Borie » (sans distinction) va se « poursuivre » afin que « la commune de St Jean du Gard devienne pleinement propriétaire de ce lieu ».

Dont acte ! Il est temps de s’inquiéter face à de telles méthodes.

Il s’agit donc d’un projet planifié de longue date pour résoudre ce qu’il est maintenant devenu commun d’appeler « le problème de la Borie ». A quel conseil municipal a t-il été évoqué (et voté) une telle décision ? Quelle a été la fameuse « procédure d’expulsion » puisque personne (ni le parquet, ni la préfecture, ni les usagers de la yourte, ni les citoyens de St Jean du Gard) n’ont jamais eu la moindre information ? Sommaire La violence aurait pu être évitée.

Si la mairie était restée dans la légalité et avait entamée une concertation, la colère n’aurait jamais pris cette démesure. Elle a très souvent été interpellée à ce sujet... sans réaction, sauf du mépris.... Nous devions même entamer un cycle de concertation initié par la communauté d’Agglo. La première réunion devait se passer la semaine suivant ce malheureux mercredi.

Mais que reproche la mairie à cette yourte ?

Elle fut très bien accueillie par la population et également par les acteurs et actrices historiques de ce site devenu un symbole de résistance dans la région.

La yourte fournissait un espace gratuit, autogéré, ouvert à qui proposait une idée pertinente pour l’animation culturelle du pays. Personne n’y vivait, l’accès était libre et sa construction avait fait l’objet d’un chantier collectif... Elle n’avait rien coûté à personne et était très utile.... Sommaire La mairie veut expulser les agriculteurs et artisans installés sur le lieu !

La mairie affiche aujourd’hui sa volonté d’expulser d’autres résidents et usagers du lieu, c’est-à-dire un couple d’agriculteurs et un couple d’artisans en installation de matériel solaire.

- Les agriculteurs entretiennent l’espace depuis quatre ans et attendent que la mairie rentre dans la légalité en signant enfin le bail qui leur est promis depuis leur installation. La jurisprudence est pourtant claire à ce sujet et la mairie nous donne un bien mauvais exemple de gestion. Ils ont été invités à s’installer par l’ancien gestionnaire du site dans le cadre d’un projet plus vaste mais encore bien flous à ce jour...

- Les artisans ont été invités à rester en place par l’ancien maire en échange de menus travaux d’entretien. Cela dure depuis 17 ans... Et voilà une mairie incapable de reconnaître leur bon droit. Depuis le haut de son tout nouveau mandat de six ans, elle s’arroge une légitimité de propriétaire sans tenir compte d’une histoire qui la dépasse.

De nombreux appels ont été lancés en direction des élus pour ouvrir un dialogue, mais la porte est toujours restée fermée... on peux constater que les décisions on été prises de manière unilatérale et sans respect de la démocratie participative mise en œuvre par les habitantEs qui servent l’intérêt général.

Personne n’est venu consulter ces résidents...

Mais la mairie avait bien un interlocuteur : la SCIC la Borie. Il est étrange que sa qualité de médiateur dans ce conflit soit tant remise en cause par les parties.

Au regard du résultat sa crédibilité peut être mis en doute. Force est de constater que certains ont laissés pourrir la situation qui permet de donner prétexte à l’expulsion.

Quel gâchis !!!

La Borie est devenue, depuis la lutte contre le barrage, un site au visage pluriculturel où l’écologie, l’agriculture et les relations humaines sont devenues réalité.

La gestion hasardeuse et très maladroite des anciens comme des nouveaux responsables risque de voir mûrir en son jardin un fruit bien amer...

Nous dénonçons l’attitude provocatrice de la mairie, qui au lieu d’apaiser les tensions, décline avec une telle rapidité ses intentions d’expulsion. Ceci alors même que la yourte était encore en réparation suite aux dégâts occasionnés par le démontage.

Nous demandons que la mairie de St Jean du Gard revienne sur ses décisions d’expulsion.

L’ouverture d’une table ronde entre la municipalité, les habitants, les usagers de La Borie et les associations qui les soutiennent afin de trouver par la voie de la négociation une solution de sortie à ce conflit. Débattre et examiner ensemble le projet collectif en tenant compte des usagers de la Borie.

Sommaire Les organisations signataires :
L’association Halem,
l’association « Demeures nomades »,
l’association « la belle cause »,
l’association « yourtao »
les Objecteurs de Croissance,

*******************

A qui profite la politique de tension

Mercredi 22 avril, à 8 h du matin, le maire de Saint-Jean-du-Gard accompagné de quelques adjoints, d’employés municipaux et de gendarmes , viennent démonter et emporter la yourte installée à la Borie depuis septembre 2008. Les premières personnes arrivées sur place réussissent à ralentir l’opération mais pas à l’empêcher.
Après une courte assemblée générale, les utilisateurs du lieu se rendent à la mairie pour demander des explications et la restitution de notre matériel. Devant l’impossibilité de dialoguer, ils occupent le bâtiment qui subit quelques dégradations dû à l’émotion du moment et à l’injustice commise par cet abus de pouvoir caractérisé.
Rapidement la gendarmerie intervient, matraque, gaze, arrête trois personnes et fait sortir les autres. Un rassemblement se forme alors devant l’édifice et bloque la circulation. Finalement devant la mobilisation et la détermination des manifestants, les autorités décident de relâcher les personnes interpellées et restituent les éléments de la yourte.
Rappelons que le site de la Borie aurait été englouti par la construction d’un barrage, sans une forte lutte au milieu des années 80. Aujourd’hui, il sert à diverses activités autonomes : jardins collectifs, apiculture, poterie, chantiers divers, habitations, etc. La yourte sert habituellement pour des projections, discussions, fêtes... libres et ouvertes à tous.
Pourquoi ce coup de force de la Mairie , pour détruire un lieu ouvert d’activités Pourquoi un tel déploiement de violences alors que des concertations sont enfin en cours pour définir l’avenir du site de la Borie ?
Pourquoi une telle provocation , alors qu’il faudrait au contraire débattre sereinement de nos projets et de notre avenir commun ?
Pourquoi s’attaquer à de jeunes bénévoles, qui animent un lieu , qui doit rester libre d’accès à la population de nos vallées ?
Nous espérons que cette"erreur d’appréciation" de quelques uns de nos élus ne cachent pas la volonté de dramatiser ( criminaliser) une situation pour prendre prétexte à expulser ceux qui vivent et travaillent sur ce site, (et certains depuis 15ans ).
Car les paysans qui travaillent sur les terres de la Borie , aspirent à la sécurité que leur donnerai un bail (ce que refuse la Mairie depuis 4 ans) et non pas de vivre avec des intimidations permanentes.
Nous espérons qu’il ne s’agit pas d’exacerber une situation, pour se débarrasser de ceux qui veulent que la Borie reste un lieu public , afin de l’offrir à quelques appétits spéculatifs et touristiques ,qui désirent se l’approprier pour en tirer de juteux profits.
Nous espérons que nos élus aurons à coeur la préservation du bien public , dont ils ont la charge et non pas la propriété ; et qu’il ne s’agit pas de basses manoeuvres pour le bénéfice de quelques nantis.

les Objecteurs de Croissance ,
membres de la Coordination des réseaux de l’habitat choisi