Cévennes en lutte


Accueil du site > La Borie > La Borie, espace en lutte

La Borie, espace en lutte

Daté du jeudi 6 août 2009


Ce lieu est...
Un lieu collectif où chacun est libre de venir cultiver, glaner, se reposer,... où chacun peut y proposer et developper gratuitement des activités collectives (pain, projections, discussions,... à toi de voir !). Un espace de lutte. De l’opposition contre le projet de barrage dans les années 80 à la détermination des habitants actuels du lieu menacés car dans une situation précaire (promesse de bail non régularisée, occupation sans droit ni titre). Un lieu de lutte aussi pour tous ceux qui le font vivre en dehors des normes imposées par les institutions et leur logique marchande.

La mairie de St-Jean, le Grand Ales et la SCIC Ecosite de La Borie veulent...
Rentabiliser cet endroit et y promouvoir le capitalisme vert, éco-tourisme en tête, par exemple en y implantant une « pépiniére d’entreprises vertes » c’est-à-dire l’intégrer au grand zoo à ciel ouvert que deviennent les Cévennes : un paradis pour touristes en manque de verdure et de rusticité.

Avril 2008 : Ouverture d’un jardin collectif à la Borie.
23 juillet 2008 : Arrêté municipal pour interdire le camping.
Août 2008 : Construction d’une yourte à usage collectif.
22 avril 2008 : Démontage de la yourte par des conseillers municipaux et leurs employés, les usagers s’y opposent, occupent la mairie et récupèrent la yourte dans la journée.
24 avril 2008 : Remontage de la yourte.
19 mai 2009 : Un arrêté municipal déclare le site de la Borie interdit à tout public.
30 juillet 2009 : Venue d’un huissier de justice et son escorte de gendarmes chargés de constater la présence de la yourte.

La procédure d’expulsion de la yourte semble donc imminente et s’inscrit pleinement dans la volonté des pouvoirs locaux d’aseptiser le lieu pour le repeindre aux couleurs du développement capitaliste durable.

Pour que la Borie reste un espace collectif et non-marchand, ne nous laissons pas faire !

A nous d’y multiplier les initiatives et de résister ici comme ailleurs.

contact : laborie.collectif(a)laposte.net