Cévennes en lutte


Accueil du site > Loppsi > Communiqué public du Collectif Anti-LOPPSI 2 en Cévennes

Communiqué public du Collectif Anti-LOPPSI 2 en Cévennes

Daté du jeudi 10 février 2011

Documents joints


Le 4 février 2011.

Suite à notre opération du 21 janvier 2011, où nous désirions profiter des voeux du président d’aglomération et député-maire Roustan en la Salle Paulhan de Saint-Jean-du-Gard, pour manifester notre opposition à la loi LOPPSI 2, le Collectif Anti-LOPPSI 2 des Cévennes, considère cette opération comme une « réussite », mal grès l’expulsion musclée à la qu’elle nous avons dût avoir à faire.
Loin d’avoir entammé notre moral et notre détermination, cette expulsion policière, supléé par quelques membres de l’auditoire, a clarifié la situation entre nous et les bourgeois présents : ils ne nous aiment pas ! - Ça tombe bien : NOUS NON PLUS !!!

Notre objectif fut remplis en pénétrant cette salle, qui fut ce soir là un véritable symbole de l’apartheid social dont aucun corps répressif des forces de l’ordre n’a pu interdire l’accès à nos membres les plus « présentables ».
Notre objectif fut bien plus que satisfait au vu et sut de l’arrogance et du mépris des chiens de garde et de leurs maîtres tous réunis ce soir là, pour bouffer des petits fours...
Petits fours auxquels nous sommes heureux d’avoir donné un autre goût que celui des habituels mondanités entres pharmaciens, huissiers, notaires, maires, sous-préfets et autres parasites difficilement « intégrables »...
Félicitations aux membres « présentables » du Collectif Anti-LOPPSI 2 !

Quand aux autres, les plus « môches », ceux qui ne purent passé le barrage filtrant de la milice du député-maire Roustan, ils ont fait une superbes hais d’honneur aux dames déguisés en sapin de noël rentrant dans la Salle, ce qui fit son effet !
Félicitations aux « môches » du Collectif Anti-LOPPSI 2 !

Cette journée du 21 janvier, où la Gare d’Anduze à eu son lot de gazage et de matracage, rappel une fois encore que la violence est un monopole jalousement gardé par et pour les « bandes armées » de l’Etat et les gangs des seigneureries locales qui les suplée.
Cette journée a démontrée, une fois encore, que l’ordre en place s’axe depuis plus quinze ans , sur le vérouillage de la société civile à-travers un glissement pervers vers le tout-sécuritaire et le tout-répressif.
C’est ce vérouillage que nous dénonçons dans notre lutte contre LOPPSI 2 qui n’est que la nouvelle pièce d’un puzzle sécuritaire entammé avec les lois d’exceptions dites « anti-terroristes » et autres saloperies juridico-policières.

La Loi LOPPSI 2 intervient pourtant dans un contexte précis où le réajustement du capitalisme à l’échelle mondiale, conduit un FAYAT à saboter la vie des ouvriers de RICHARD-DUCROS. Les ouvriers de cette entreprise actuellement en lutte pour leurs survies économiques étaient eux aussi présent sur la Salle Paulhan où Mr Roustan les avaient invités. Ils on put bénéficier d’une tribune pour s’adresser à tout ce que notre région compte d’employeur (sic). Tout le monde a versé sa larme, sans jamais affirmer ni même dénoncer les responsabilités évidentes de tout ces bourgeois et politiciens présent qui ont tous cautionné la « libéralisation » de l’économie et son lot de faillite...
Nous pouvons affirmer que nos bourgeois et politiques ont un sérieux problème avec ceux qu’ils prétendent administrer, et que ce problème ira en s’acroissant. Il nous semble d’ailleurs évident que, dans l’avenir proche, ce type de rencontre fortuite s’opposant à la bande qui était dans le TVC lorsque ce dernier était bloqué en gare d’Anduze, risque d’être de plus en plus fréquente, tant ils nous cassent l’appareil génital quelque soit l’objet de notre lutte, car c’est bel et bien contre l’oppression allant en s’accroissant que toutes nos luttes se synthétisent.

Cette journée du 21 janvier fut une journée de résistance où l’arrogance et le zèle répressif de l’Ordre bourgeois, peut se traduire dans l’attitude débonaire d’un officier de gendarmerie qui asperge d’un air non-chalant les manifestants en gare d’Anduze (voir vidéo du site du Midi Libre du 22/01)
La Loi LOPPSI 2 est exactement du même accabis, de la même violence et relève exactement du même mépris.
La Loi LOPPSI 2 est à l’image de cette flicaille, de ce tas de gens devant une locomotive et de cette petite bande « privilégiée » qui est assiégée dans son train à vapeur.
La Loi LOPPSI 2 est l’arme des classes dominantes qui bouillonnaient de rage contre nos amies ayant put rentrer dans la Salle Paulhan à Saint-Jean-du-Gard.
La Loi LOPPSI 2 est une agression à notre encontre et voilà pourquoi nous avons sabotés les mondanités et les auto- congratulations d’une caste que nous vomissons ; la caste des gens qui sont dedans quand le reste, reste dehors ou se fait mettre dehors !

Nous le réaffirmons et le réaffirmerons encore : La Loi l’OPPSI 2 et ceux qu’elle défend mérite notre crachat le plus gras !
La Loi l’OPPSI 2 mérite qu’on la combatte, elle mérite qu’on la rende inapplicable, car cette loi comme d’autres, est le fait d’ordures et sert les intérêt de toutes les ordures économiques et politiques... et celles-ci nous polluent.

LOPPSI 2 s’attaque à tout le monde et nul n’est épargné par elle. Elle est un outils d’oppression des classes dominantes qui désirent s’assurer par elle une « Paix sociale » forcée par une extension du champs répressif.
LOPPSI 2 prétend contrôler socialement, mais aussi culturellement et politiquement, les catégories sociales les plus démunies tout comme les classes moyennes voués à plus ou moins long terme, à la déclassification sociale.
LOPPSI 2 outille juridiquement les services sociaux. Elle accroît la servilité des masses en échange d’allocations : ces services sociaux, ainsi que les services municipaux et préfectéraux, pourront dorénavant sucrée aux individus revèches à toute domestication, les dites allocations.
LOPPSI 2 développe les Seigneureries locales en offrant des outils répressif, mais aussi de fichage, aux municipalités qui sont par chez nous ? et nous le savons tous -, construite sur un copinage qui ferra de tout ceux qui oseront relever la tête, des moucherons dans une toile d’araignée.
LOPPSI 2 colonise le quotidien de tout un chacun par la vidéo-surveillance, les mouchards dans les appareils numériques et la banalisation du profilage de 3 à 99 ans, et ce, dans le seul but de contrôler le prolétariat.

Et c’est pour cela que nous combattrons jusqu’au bout cette loi et tout ce qu’elle représente.

Nous n’aimons pas Mr Roustan et son « fan-club » et ils ne nous aiment pas. Ce Monsieur a largement contribué à l’élaboration de ce type de loi et prévois d’ailleurs la légalisation de la distrayante partie hebdomadaire de Ball-Trap de cambrioleur (projet de loi élargissant la notion de légitime défense qui permettrai d’abattre son cambrioleur à domicile).

Mais qu’il se le tienne pour dit - lui, sa clic et ses caïds en uniformes : nous sommes mis en confiance, car pour la plus par d’entre nous et contrairement aux dires de Monsieur Roustan, l’opération mennée à la Salle Paulhan ce 21 janvier était un baptême pour la plus part d’entres nous et ça nous a donné faim toute cette débauche de petit four !

Des membres du Collectif anti-LOPPSI 2 Cévennes