Cévennes en lutte


Accueil du site > Le squat de la Picharlerie > Expulsion, destruction et mobilisations > Les textes des occupants > Expulsion et destruction de la Picharlerie en Lozère - mercredi 11 (...)

Expulsion et destruction de la Picharlerie en Lozère - mercredi 11 juillet

Daté du jeudi 12 juillet 2007


Aujourd’hui, mercredi 11 juillet, la Picharlerie a été expulsée et totalement rasée. Ce hameau, perché dans les montagnes cévenoles de Lozère, était occupé depuis le printemps 2002.

Dès 7h00 du matin, les forces de l’ordre se sont déployées en grand nombre dans la Vallée-Française, quadrillant les routes et contrôlant les différents points d’accès à la Pich’ (Moissac, Sainte-Croix, Saint-Etienne, Saint-Martin de Lansuscle). Tout au long de la journée, de nombreuses personnes et des véhicules se sont fait contrôler dans la vallée. Pendant ce temps, 7 fourgonnettes de gendarmes, des motards et un engin de destruction massif (pelleteuse) sont montés là-haut et ont littérallement tout rasé. Il ne reste plus des bâtiments qu’un tas de pierres de 50 mètres de long sur quelques mètres de large.

Ce lieu, que nous avons trouvé en ruines en 2002 et que nous retapions depuis, était vieux de plusieurs siècles d’histoire, et fut, entre autres, le maquis-école de la région pendant la seconde Guerre Mondiale. C’est désormais un terrain vague. La préfecture de Mende, la mairie de Moissac Vallée-Française et le pasteur Freddy Michel Dhombres, propriétaire en titre du hameau, l’ont fait rayer des cartes. De nombreux matériels sont actuellement sous les décombres.

Pour que les ruines changent de camp.

1 Message