Cévennes en lutte


Accueil du site > Prat del Ronc > Expulsion musclée au Prat del Ronc

Expulsion musclée au Prat del Ronc

Daté du samedi 26 juillet 2008


Avril 2007, nous, paysan-nes sans terre, reprenons l’activité du Prat del Ronc à St- Germain-de-Calberte, en Cévennes lozériennes ... Lieu abandonné depuis 10 ans. Les terres sont défrichées et cultivées. Petit à petit le lieu reprend vie : four à pain, poules, poteries, maraîchage, plantation d’arbres fruitiers ..., mais aussi projections de films, soirées débats, chantiers collectifs, journées d’échanges ... Multitudes de projets fleurissent. Dès lors, la préfecture pousse le propriétaire anglais à porter plainte et à traîner les habitant-es devant la machine judiciaire dont ils savent trop bien qu’ils ne sortiront pas gagnants. Après 2 procès riches en agitation, l’avis d’expulsion est signifié à partir du 20 juin.

Mardi 22 juillet 2008, le jour se lève, le Prat del Ronc repart pour une joyeuse journée de surveillance des alentours.
6h du matin, les guets voient arriver sur le sentier qui mène au Prat, les chiens de garde de l’ordre établi. L’alerte est lancée et réveille les habitant-e-s qui se regroupent devant la maison. Pas de temps à perdre, le chantier barricade est lancé, fermeture de la maison, blocage du chemin avec du tout venant.
6 h15 : Une cinquantaine de gendarmes (y compris les locaux) dont une quarantaine de gardes mobiles, plusieurs RG, une brigade canine et l’huissier, se retrouvent bloqués devant la barricade, à côté de la maison. Nous sommes une vingtaine à leur faire face. Leur intervention et le rapport de force sont inévitables. Cette fois, il n’est pas en notre faveur, vu les forces déployées (bombe lacrymo, tazer, fidèle matraque), mais notre détermination ne fléchira pas. En attendant l’arrivée des camarades, nous décidons de gagner du temps en regroupant nos affaires au ralenti (sans oublier les pauses café !). Au bout de 2h grattées, l’huissier demande de rentrer dans la maison. Essuyant notre refus, la flicaille déclare la dernière sommation. Aussitôt dit, aussitôt fait : entre 9h et 9h45, les chiens à 4 pattes mordent, et leurs homologues à 2 pattes frappent, étranglent et matraquent. Ils nous traînent jusqu’à la sortie de la piste du Prat. A ce moment, étant un peu plus nombreux, des petits groupes se forment, tentant de harceler les flics - qui quadrillent la maison - au moyen de diverses interventions sur la zone surprotégée et de cris de révolte exprimant rage et dégout. 11 h : Les uniformes rentrent dans la maison. Nous continuons de crapahuter dans la montagne et récupérons le plus d’affaires possible et nos poules ; les flics autorisant l’accès à la zone qu’ils tiennent à deux filles uniquement. Regroupés non loin de là, nous assistons au saccage en règle des jardins. Chargement des affaires, insulte aux flics, vaine tentative d’accéder à l’intérieur de la maison, nous plions bagage dans le tumulte pour aller nous organiser ailleurs. Il est 15 h00.
Pendant ce temps-là, à Florac, on contrôle tous les profils qui ne correspondent pas à la carte postale famille nombreuse, marchands, touristes. Aujourd’hui, l’ordre règne à la sous-préfecture, et par la force on l’applique jusqu’au fond des montagnes.

Le Prat del Ronc est à nouveau voué à devenir un lieu mort. Mais nous, nous restons vivants et combattifs, résolus à développer des pratiques autonomes visant la réappropriation de nos vies. Il nous appartient à tous d’agir pour montrer notre désaccord face aux aberrations de la propriété privée ; d’affirmer, en paroles et en actes, la liberté de vivre comme il nous plaît, et de lutter avec force et courage contre cet ordre inique.

Rester silencieux c’est les soutenir !

pratdelronc@no-log.org

3 Messages de forum

  • Expulsion musclée au Prat del Ronc

    31 juillet 2008 12:48, par Alfred bundynovic

    Je n’ai qu’un mot à dire (en fait quatre):c’est pas trop tôt ! Cela faisait trop longtemps que cette situation scandaleuse duré ! Si maintenant c’est tout à fait normal d’habiter dans des habitations inoccupés depuis plusieurs années alors où va le monde, je vous le demande (vous allez voir que bientôt , certains trouveront normal de nourrir les gens qui meurent de faim). Et pensez donc aux agents immobiliers , aux spéculateurs fonciers... ,si tout le monde fait comme vous , comment feront-ils pour financer les travaux de leur belle piscine ; imaginez un peu leur déception,bande d’égoïste. Non franchement c’est une bonne nouvelle cette expulsion, on va pouvoir respirer dans la région, parce qu’on était pas rassuré de voir débarquer des gens bizarre comme vous avec idéaux grotesques ,vos fours (à pain et à poterie),vos toilettes sèches (bande de pollueurs) et votre douche d’extérieur (de fort belle facture soit dit en passant). Et pour finir je tiens à féliciter les forces de l’ordre qui ,encore une fois on fait un travail formidable dans des conditions difficiles(on peut regretter l’absence de bavure majeure mais bon ,personne n’est parfait).

    un courageux anonyme

  • Expulsion musclée au Prat del Ronc

    3 août 2008 12:48, par Raoul
    Y a pas moyen de les acheter ou de les louer ses terres ?
    • Expulsion musclée au Prat del Ronc 7 août 2008 10:09, par Renée
      Vous voici donc chassé pour la deuxième fois en lozère à votre place justement je ferai un test, louez quelque chose et si à ce moment-là on vous cause encore des ennuis la preuve sera faite, à savoir vous dérangez par votre simple façon de penser, de voter, d’ignorer les seigneurs locaux !